Prochain Atelier Découverte samedi 2 octobre de 14h à 18h



S.A.F.

Comme on me pose beaucoup de questions sur la méthode de fabrication des savons à froid, le vocabulaire spécifique ou la particularité de ces savons, je tente un petit résumé…


                                

LA SAPONIFICATION A FROID

La SAPONIFICATION A FROID ou S.A.F. est une méthode artisanale et ancestrale de fabrication du savon solide.

Pour produire du savon, il suffit de mettre en contact un corps gras avec de la soude caustique (hydroxyde de sodium, NaOH). Le corps gras peut être d'origine végétale ou d'origine animale.




La réaction chimique qui se produit s'appelle la saponification :

CORPS GRAS + SOUDE CAUSTIQUE  =  SAVON + GLYCÉRINE    





Attention !!!  La soude est très corrosive et sa manipulation nécessite des précautions strictes et un équipement de sécurité : vêtements couvrants, gants, lunettes de protection. 




La trace c'est le moment où la pâte à savon commence à épaissir. On qualifie la trace en fonction de la fluidité du mélange. On parle de trace légère, fine, de base, franche, épaisse…





Les motifs ou décors du savon s'appellent les marbrages. La trace est déterminante pour leur réussite.


 

Le plus souvent on utilise un mélange de corps gras car chacun apporte des propriétés différentes au savon (douceur, pouvoir moussant, dureté…)

Le savon est dit surgras parce qu'une partie des corps gras n'est pas transformée en savon et se retrouve intacte dans le produit final.
C'est l'assurance qu'il ne restera absolument aucune trace de soude dans le savon.
On obtient ainsi un savon riche, très doux et nourrissant.

La saponification à froid permet de conserver toutes les caractéristiques des huiles ou des beurres utilisés qui seraient altérés par la chauffe.

De plus, c'est la seule méthode qui conserve la glycérine produite naturellement dans la réaction et qui donne au savon ses propriétés hydratantes.

                                   


LE SAVON INDUSTRIEL

La saponification à froid est impossible à réaliser à l'échelle industrielle en raison
de la rapidité de prise du savon. 

Pour produire du savon à grande échelle, il faut mouiller la pâte en cours de fabrication, ce qui élimine la glycérine du savon.
Les techniques de fabrication industrielles (Marseille et Alep en font partie) produisent des savons déglycérinés qui deviennent décapants. C'est ce qui explique les sensations de tiraillement sur la peau après la douche… et la mauvaise réputation du savon.




Et comme la glycérine extraite est revendue séparément, c'est une source supplémentaire de bénéfices pour les industriels.
Parfois, on va même jusqu’à remettre un peu de la glycérine extraite dans le savon pour produire les fameux "savons à la glycérine"...

Aujourd'hui, beaucoup de savons du commerces,  même dits "artisanaux", sont modelés à partir de pâtes déglycérinées importées d'Asie, refondues et mélangées à d'autres ingrédients (parfums, colorants, conservateurs…).
C'est la méthode « Melt and Pour » (fondre et verser en anglais).
Ces bondillons de savons sont principalement fabriqués à partir d'huile de palme et de graisse animales issues des abattoirs.

Comme il fallait une alternative aux savons devenus trop agressifs pour la peau, l'industrie a mis au point des "savons sans savons", des "pains dermatologiques" qui contiennent des ingrédients d'origine pétrochimique.
Compte-tenu de la perméabilité de la peau, l'utilisation répétée de ces syndets n'est pas sans risque.

                                
LE SAVON A FROID : 
UNE GARANTIE DE QUALITÉ

Le véritable savon surgras est très doux pour la peau. Il suffit de l'essayer pour s'en convaincre.
C'est un soin nettoyant et nourrissant qui convient également à la toilette des bébés… beaucoup plus sains que les nettoyants liquides de synthèse.




Chaque recette produit un savon aux propriétés spécifiques en raison des corps gras qui entrent dans sa composition, du taux de surgraissage et des ingrédients ajoutés en fin de fabrication.

On peut ainsi incorporer des argiles, des poudres de plantes, des huiles essentielles, des algues, du sel, du miel… ce sont les ajouts à la trace.

Les combinaisons sont infinies!

Il n'est pas toujours facile de reconnaitre un véritable savon saponifié à froid.
L'ADNS, l'Association Des Nouveaux Savonniers, a développé deux logos qui garantissent le mode de production des savons. Un gage de qualité.


 




MES SAVONS… (et ceux que vous fabriquez en atelier)

Des ingrédients de qualité
 
J'aime les savons riches, surgras 7 % ou plus qui sont particulièrement doux et nourrissants.




SANS PARFUMS

Bien que passionnée d'aromathérapie, je n'utilise pas d'huile essentielle (encore moins de fragrances) pour parfumer mes savons.
Très volatiles, elles disparaissent en grande partie au cours du séchage. Il faut en mettre de très grandes quantités pour parfumer un savon. Vraiment beaucoup…

Il faut en moyenne 30 millilitres d'huiles essentielles par kilogramme de savon. Selon celles choisies le parfum peut disparaitre complètement durant le séchage. Les huiles essentielles me semblent trop précieuses pour cela.

Dans tous les cas, même si le parfum du savon rend la douche agréable, il ne reste pas sur la peau après.
Par contre, quelques gouttes d'huiles essentielles diluées dans un peu d'huile végétale suffisent pour se parfumer tout le corps après la douche…



Je n'utilise que des ingrédients d'origine végétale, le plus souvent biologiques et SANS HUILE DE PALME.. La qualité des matières premières fait la qualité du savon.


Des savons hypoallergéniques
 
SANS INGRÉDIENTS INUTILES ou DOUTEUX

Je choisis d'ajouter des extraits végétaux ou minéraux bénéfiques pour la peau : plantes, charbon, algues, argiles… Certains ingrédients colorent les savons, d'autres pas.
Il existe beaucoup de colorants "naturels", notamment des oxydes minéraux qui donnent de très jolis savons mais dont l'intérêt pour la peau est douteux.
Je préfère les éviter. Tant pis si je ne peux pas obtenir toutes les couleurs… l'éventail est déjà large.



Par ailleurs, les huiles essentielles peuvent être mal tolérées par les peaux fragiles.
Un savon sans parfum minimise les risques d’irritation ou d'allergie. Ca fait une deuxième bonne raison.
Je fabrique donc des savons qui sentent simplement bon le savon.

Sans ingrédients superflus, les savons naturels ont des listes d'ingrédients (INCI) très réduites… Comparez-les à ceux du commerce !
                       


LES ÉTAPES DE LA FABRICATION DU SAVON A FROID


Établir la recette en définissant précisément (au gramme près) la quantité de chacun des corps gras de la recette.

Calculer (à l'aide d'un calculateur) la quantité exacte de soude nécessaire.
Chaque huile a un "indice de saponification" propre c'est à dire qu'elle a besoin d'une quantité de soude spécifique pour être transformée en savon.




Définir les ingrédients à ajouter à la trace, c'est à dire après avoir fait réagir les corps gras et la soude.

Préparer tout le matériel et peser les ingrédients.


 
Réaliser la recette.

 

Couler le savon dans un ou des moules.



Tout nettoyer et ranger

Démouler et couper le savon, 24 à 48 h plus tard en moyenne.






Mettre le savon à sécher au moins 4 semaines sur des grilles, jusqu'à 1 an pour certains savons.  Le temps de séchage s'appelle la cure.



Le processus est un peu long, et comme tout est fait artisanalement, en petite quantité et à partir d'ingrédients de qualité, on peut comprendre qu'un savon saponifié à froid coûte plus cher qu'un savon industriel.


Le savon saponifié à froid est sain, naturel et totalement biodégradable. Son utilisation et sa fabrication ne génèrent aucune pollution de l'eau ou de la terre. Il s'inscrit dans une démarche écologique, économique, éthique et responsable.
Et pourtant, il ne représente que 0,01% du marché.
Allez comprendre…  (faute de comprendre, essayez-le 😉)